Race de chardonneret

REPRODUCTION :


A l'état sauvage, le chardonneret élégant se reproduit à partir du mois de mai à août ceci est du au fait que la fructification des composées et notamment les chardons à ces périodes là sont à leur apogée dans la nature. Lorsque les oiseaux sont aptes à se reproduirent le trait noir sur le bec disparaît et celui ci devient rose. le mâle se pince également avec le bec l'une de ses pattes. Le nid est construit en hauteur entre 2 mètres et 10 mètres d'un arbre ( pins, marronnier, bouleau, lilas, mélèze, fruitier, troène etc...) Il peut être aussi camouflé à mis hauteur dans le feuillage d'un roncier ou d'un buisson, d'un arbuste à feuillage épais. Le nid est en forme de coupe d'un diamètre extérieur de sept centimètres et demi en moyenne et d'une profondeur de cinq centimètres et demi. La confection du nid est l'oeuvre de la femelle, c'est un véritable chef d'oeuvre.
Il est fait d'herbe sèches, de lichens, de racines et de mousse pour sa partie extérieure. Sa partie intérieure est tapissée de fines herbes, de poils et de duvet végétal, d'aigrette et de chardon. La ponte a lieu sept à huit jours après la fécondation, la femelle pond quatre à six oeufs blancs bleuâtres très pâles tachés de brun roux dans le gros bout ( dimensions moyennes : 17,3 mm X 13 mm ) pour la forme nominale. Le nombre de pontes est de deux à trois. La femelle couve ses oeufs pendant treize jours à quatorze jours. Elle ne réchauffe plus ces jeunes vers le 11 ème jour après la naissance. Les jeunes quittent le nid entre le 13 ème et 15 ème jour. Les jeunes sont sevrés vers le 33 éme jour. La femelle est nourrie par le mâle pendant la couvaison.

En captivité, en France l'espèce et ses sous espèces sont protégées, donc interdites. La seule détention étant autorisée aux personnes détenant le certificat de capacité : pas d'information.

 

LA NOURRITURE :


A l'état sauvage le chardonneret élégant se nourrit en grande majorité de graines de plusieurs variétés d'herbacées, de composées, de graines de fleurs, pissenlit, séneçon vulgaire, de chardons, de cardère, de tournesol, de graines de colza et de petits insectes. Les insectes étant consommés principalement pendant la période de reproduction. Comme le tarin des aulnes ( Carduelis spinus ) il est très habile avec ses pattes pour saisir et faire plier une tige d'une plante pour en déguster la tête de la fleur. La nature lui a donné à lui aussi avec le Carduelis notatus ( Tarin à poitrine ) l'un des becs les plus long et assez mince parmi la famille des fringillidés. Il peut donc se percher sur une cardère et insérer son bec entre les épines pour prendre les graines, sans crainte de se piquer la tête ou les yeux.
Il a été observé que lorsqu'on remarque sur une cardère un chardonneret il s'agit le plus souvent d'un mâle son bec plus long d'un millimètre lui permet plus facilement d'attraper les graines. Il descend rarement à même le sol pour ce nourrir et est souvent aperçu à bonne hauteur dans les arbres à prélever différentes semences et notamment celle des bouleaux, frênes et des aulnes.

 

En captivité, en France l'espèce et ses sous espèces sont protégées, donc interdites. La seule détention étant autorisée aux personnes détenant le certificat de capacité : pas d'information.

 

STATUT & CONSEILS :

 

Le Chardonneret élégant et ses sous espèces fait parti des espèces indigènes protégées en France, son prélèvement dans la nature est interdit, toute transaction commerciale, ainsi que l'enlèvement ou la destruction des oeufs et des nids mais également le transport, le colportage et sa naturalisation par taxidermie sont interdits. Seule les personnes détenant un certificat de capacité pour l'espèce et ses sous espèces peuvent en détenir. Il en est de même pour ses hybrides. Car un oiseau hybride relève du statut de ses parents qui relève du statut le plus contraignant en l'occurrence de la forme sauvage. Les variétés mutantes sont autorisées et libres de toute transaction commerciale.  Arrêté du 11 août 2006 fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques. Il s'agit : - les variétés blanche, brune, agate, pastel, isabelle et satiné du chardonneret élégant (Carduelis carduelis) . Il est a noter que les oiseaux porteur de mutation sont considérés comme phénotype sauvage donc soumis au Certificat de capacité. 

LE BAGUAGE :


Pour les personnes autorisées à détenir Le chardonneret élégant en phénotype sauvage. On bague les jeunes entre le cinquième et le sixième jour après la naissance, de préférence le soir. Les bagues utilisées sont du diamètre 2,5 mm. Vérifier les bagues dés le lendemain, la mère ayant tendance à les enlever
Pour de plus amples renseignements consultez le livre de Monsieur Marcel RUELLE sur " Le Chardonneret élégant et ses cousins les chardonnerets orientaux"